Recherche

Présentation

Images aléatoires

  • leonard de vinci-une-femme-inconnue.detail.jpg
  • leonard de vinci-une-femme-inconnue.jpg
  • leonard de vinci-vierge-au-rocher-.jpg
  • etude-de-draperie.jpg
  • leonard de vinci-madone-benois.detail..jpg

Recommander

Mardi 19 septembre 2 19 /09 /Sep 11:04
1452 : Naissance le 15 avril à Vinci de Léonard, fils naturel de Ser Piero di Antonio de Vinci, notaire né en 1426, et de Caterina, paysanne, elle-même fille naturelle. Le père de Léonard épouse la même année Albiera di Giovanni Amadori, âgée de 16 ans et de bonne famille.

1457 : D'après les déclarations d'impôts de son grand-père, Léonard vit chez son père. Sa mère se marie la même année avec Accattabriga di Piero del Vacca, chaufournier.

1469 : Ser Piero da Vinci loue une maison à Florence dans la Via delle Prestanze, l'actuel Via dei Gondi. Son fils Léonard débute, sans doute la même année ou un peu plus tôt, son apprentissagedans l'atelier d'Andréa del Verrocchio, peintre et sculpteur florentin renommé.

1472 : le jeune artiste entre, comme le veut l'usage, dans la corporation florentine des peintres de Saint Luc. Cela laisse supposer une certaine indépendance professionnelle.

1473 : Premier dessin daté de Léonard, le "dessin du paysage de la vallée de l'Arno" qui se trouve à la Galerie des Offices à Florence.

1476 : En avril, un écrit anonyme accuse Léonard de pratiques homosexuelles sur la personne du jeune appprenti  jacopo Saltarelli, âgé de 17 ans, déjà connu pour ce penchant. La plainte est à nouveau déposé en juin 1476 mais, probablement faute de preuves, une mise en accusation restera sans suite.

1472-1480 : Léonard travaille toujours dans l'atelier d'Andréa del Verrocchio, entre autres au Baptême du Christ et peint sans doute déjà lui-même des tableaux de petit format, par exemple, la Madone à l'oeillet, la Madone Benois et peut-être aussi l'Annonciation.

               
              Le baptême du Christ                                       La Madone à l'oeillet





















La Madonne benois

                   La Madone benois                                          L'Annonciation




















 
 




1478
: En janvier, Léonard obtient, grâce à son père, sa première commande importante : un tableau pour l'autel de la Chapelle San Bernardo dans le palais Vecchio à Florence, siège du gouvernement. L'artiste semble avoir à peine ébauché le tableau, en tout cas il ne l'a pas terminé, malgré le versement d'un acompte important.

1478-1480 : Sous l'influence des maîtres flamands, le jeune artiste peint le petit format Portrait  de Ginevra de 'Benci pour bernardo Bembo.


                   Ginevra de'Benci

























1481 :
A nouveau grâce à son père, Léonard obtient en mars la commande d'un retable de grand format avec une Adoration pour San Donato a Scopeto, église d'un couvent aux portes de Florence. Il laissera cette commande, la plus importante jusque là, tout aussi inachevée qu'un tableau représentant saint Jérôme, commencé peu de temps auparavant, et qui devait également décoré un autel.

1482 :
Léonard quitte Florence pour s'installer à Milan et propose ses services d'ingénieur militaire, sculpteur et peintre, à Ludovic Sforza, le souverain de la place.

1483-1486 :
Léonard obtient avec les frères Ambrogio et Evangelista de Predis, la commande du retable de La Vierge aux Rochers, dont la première version sera sans doute achevée en 1486 par les trois artistes.

                 La Vierge aux Rochers



























1487-1488
:
Léonard travaille avec un succès modéré en tant qu'architecte-conseil sur le chantier de la cathédrale de Milan.

1489-1494 :
A Milan, Léonard travaille à la statue équestre de Francesco Sforza, commande passée par Ludovic Sforza. Devenu entre temps, peintre à la Cour des Sforza, Léonard réalise à la même époque des portraits de Cécilia Gallerani et de Lucrezia Crivelli (qui n'existe plus), et se profile en tant que décorateur artistique des festivités de la Cour.

                   Cécillia Gallerani





























1495-1498
: Sur commande de Ludovic Sforza, Léonard peint La Cène dans le réfectoire du couvent des dominicains Santa Maria delle Grazie, à Milan. C'est à peu près à la même époque que sera réalisée la décoration de la Sala delle Asse, dans le Castello Sforzesco.


                     La Cène (détails)                     





















































1499
: Peu après la chute de son bienfaiteur Ludovic Sforza, renversé par les troupes françaises en octobre 1499, Léonard débute sans doute le Burlington House Cartoon pour le roi de France, Louis XII. Cependant, il quittera Milan en décembre. Il se rend d'abord à Mantoue où il est l'hôte d'Isabelle d'Este, dont il fait le portrait, puis continue son voyage vers Venise.

1500 : Léonard rentre à Florence en avril. Débute alors sa phase picturale la plus productive jusque-là. Si l'on en croit les écrits de Giorgio Vasari, Léonard réalisera dès le printemps un carton représentant Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant pour l'église SS.Annunziata. Il loge à cette époque chez les moines servites de la même église.
























          Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant





1501 : Léonard travaille au petit format de La Madone au fuseau pour Florimond Robertet, secrétaire du roi de France.


 La Madone au fuseau




























1502 : Vers le mois de juin, Léonard se rend en Italie centrale et en haute italie avec César Borgia, commandant de mercenaires à la réputation douteuse. Engagé en tant qu'architecte et ingénieur militaire, l'artiste établit entre autres des cartes géographiques pour les campagnes militaires.

1503 : Léonard rentre début mars à Florence et commence, pour le compte de Francesco del Giocondo, le portrait de l'épouse de celui-ci, Lisa del Giocondo (Mona Lisa), qui impressionnera particulièrement le jeune Raphaël. Léonard s'attaquera en octobre à sa commande picturale la plus monumentale, les fresque représentant la bataille d'Anghiari, dans la grande salledu conseil du Palazzo Vecchio à Florence.

Mona Lisa



























1504 : Le père de Léonard meurt en juillet à l'âge de 79 ans.

1506 : Léonard obtient en mai du gouvernement florentin, l'autorisation de quitter la ville pour trois mois. Il laisse la fresque de la bataille d'Anghiari inachevée et revient à Milan. Ce retour est dû avant tout à charles d'Amboise, commandant français à Milan, qui désire s'assurer les services de l'artiste. Sur l'intervention renouvelée de son bienfaiteur français, Léonard restera plus de trois mois à milan.

1507 : Léonard séjourne à nouveau brièvement à florence à cause de la fresque inachevée du Palais Vecchio et en raison de différends de succession avec ses frères et s?urs. Une nouvelle intervention du roi de France lui permet de se délier de ses obligations pour l'achèvement de la Bataille d'Anghiari. Il repart bientôt pour Milan afin de peindre une nouvelle version de la Vierge aux rochers destinée à la Confrérie de l'Immaculée Conception.

1508-1512 : A l'exception de quelques petits séjours à Florence au cours des années 1508 et 1511, Léonard ne quitte guère Milan, où il est surtout au service de Charles d'Amboise. L'artiste, devenu célèbre entre-temps, achève en août 1508 la deuxième version de la Vierge aux rochers (National Gallery, Londres). Il réalise des projets pour le monument de Trivulzio, fait des études anatomiques et peint sans doute aussi une version du tableau de la Léda et le cygne, ?uvre aujourd'hui disparue.

1513 : Après la mort en 1511 de Charles d'Amboise et l'expulsion des Français de Milan, Léonard se rend en 1512 à Rome avec Julien de Médicis, son nouveau bienfaiteur et frère du Pape Léon X. Il travaille vraisemblablement aussi comme peintre pour Baldassare Turini, le chambellan du Pape.

1514-1515 : Léonard se concentre sur différentes expériences scientifiques à la Cour papale. Il projette entre autres, à la demande de Léon X, l'assèchement des marais pontins, au sud de Rome.

1516 : Julien de Médicis meurt en mars ; Léonard perd à nouveau un mécène. Au cours de l'hiver 1516/17, il rejoint François 1er et devient peintre de la cour de France. Il réside à Cloux, près du chateau royal d'Amboise. Il se consacrera à des expériences scientifiques , des plans architecturaux et des projets de systèmes d'irrigation.

1517 : En octobre, le cardinal Luigi d'Aragona rend visite à Léonard à Cloux. Ce dernier a déjà des allures de vieillard. Le cardinal racontera plus tard avoir vu plusieurs tableaux dans son atelier.

1519 : Léonard rédige son testament  le 23 avril. Il meurt le 2 mai à Cloux. La légende veut qu'il ait rendu l'âme en présence du roi de France. Il est inhumé, selon ses dernières volontés, à l'églises Saint-Florentin d'Amboise. La sépulture sera endommagée pendant les guerres de religion, mais l'inscription dans le registre de l'église subsiste : "Messire Léonard de Vinci a été enterré dans le couvent de cette église, un gentilhomme milanais, premier peintre, ingénieur et architecte du Roi, maître mécanicien d'Etat et autrefois directeur des peintures du duc de Milan."

1520-1530 : Francesco Melzi, ami et élève de Léonard classe les manuscrits hérités de son maître et réunit les passages les plus importants dans le Traité de peinture, une collection de renseignements pratiques et théoriques à l'usage des peintres. Giacomo Salaï, un autre de ses disciples, hérite de la plus grande partie des tableaux de Léonard. On retrouvera, après la mort violente de Salaï  à Milan, de nombreux tableaux en sa possession : Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant, Jean-Baptiste, la Léda et le cygne, la Joconde, ainsi qu'un autre portrait et un Saint Jérôme.
Ce n'est sans doute qu'au début des années 1630 que le roi de France acquerra quelques-uns de ces tableaux qui sont aujourd'hui au Louvre.


Saint Jean-Baptiste
Par velvet - Publié dans : Léonard de Vinci
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus